Vous êtes ici

Rencontre avec une maman-pirate: Karine Surugue

17/09/2018

Karine, pouvez-vous nous raconter quelle est l’histoire de cet album ? Pourquoi avoir voulu l’écrire ?

Lorsque je suis tombée malade au cours de l’été 2016, mon petit dernier avait 4 ans et demi. J’ai alors cherché des albums jeunesse sur le thème du cancer pour aborder ce sujet avec lui mais je n’ai rien trouvé qui me paraisse satisfaisant pour son âge. En effet, ce que j’ai vu traitait le sujet soit d’une manière trop « lourde » (« Papa va mourir, « Maman a une maladie grave »…) soit au contraire me paraissait trop éloigné de la réalité d’un petit garçon de cet âge (histoires mettant en scène des familles d’animaux, etc…). Et surtout, pour en avoir discuté avec les médecins et avec une amie qui était malheureusement passée par la même épreuve quelque temps auparavant, il me paraissait important d’expliquer à mon fils les différentes étapes par lesquelles j’allais passer au cours de ce traitement tout en insistant sur le fait que la vie continuerait aussi au quotidien « comme d’habitude ».

Comment vous est venue la métaphore de la piraterie ?

Le traitement pour un cancer du sein est aujourd’hui extrêmement balisé et du coup il est possible de le circonscrire dans le temps. Il m’est donc apparu que cette période pouvait être vécue comme une « aventure » avec un début et une fin. A l’époque, mon fils, comme beaucoup de petits garçons de 5 ans, était fasciné par l’univers de la piraterie et nous lisions ensemble beaucoup d’albums sur le sujet. L’idée m’est donc venue en cours de traitement qu’avec mes cicatrices, mes foulards et les nausées liées au traitement, je faisais une bonne « pirate ». De plus, j’ai rencontré par le biais d’associations des femmes vivant la même chose que moi et cet esprit de solidarité très fort entre nous m’a paru très proche de l’esprit de camaraderie qui lie les pirates entre eux.

Comment a réagi votre fils ?

J’ai écrit ce livre en un seul jet, après la fin de mes traitements, même si j’en avais listé toutes les idées pendant ma maladie. Je crois que cela nous a permis, à lui comme à moi, de mettre la maladie derrière nous et de reprendre le cours de notre vie.
Ecrire ce livre était vraiment pour moi une façon de rendre hommage à ceux qui m’ont soutenue, mon petit garçon qui m’apportait un verre d’eau à son retour de l’école (comme dans l’album !), mes grandes filles qui ont été très présentes, mon mari qui a été en première ligne durant cette période mais aussi au formidable personnel médical qui m’a soignée. Et bien sûr d’aider les familles concernées par ce combat à pouvoir parler du « crabe » avec leurs jeunes enfants.

Et aujourd’hui ? A-t-il vu le livre ?

Oui bien sûr, je lui ai montré les différentes étapes au cours de la réalisation du livre, et il est très fier de se reconnaître dans cette histoire, notre histoire – qui est aussi celle de nombreuses autres familles. Et bien sûr, il est très content de voir son prénom sur la page de dédicaces !

Biographie

Âgée de 45 ans aujourd'hui, Karine Surugue est l’heureuse maman de 4 enfants âgés de 6 ans et demi à 25 ans. Éducatrice Montessori, elle travaille auprès d'enfants de 3 à 6 ans et habite en région parisienne.

"Ma maman est une pirate", paru le 5 septembre 2018.

Livres liés à l'actualité

NOS AUTEURS / NOS ILLUSTRATEURS